Téléchargement des actes et diaporamas

Session 1

La première session du séminaire a permis, dans un premier temps, de faire un état des lieux des observatoires de biodiversité en France. En effet, de nombreux observatoires existent à diverses échelles : outre-mer, parc naturel régional, région, département… Ces initiatives variées sont issues de besoins identifiés mais leur mise en œuvre a fluctué selon les opportunités et moyens disponibles.

  • Luc Mauchamp, Chef de projet « Observatoire national de la biodiversité (ONB) » – MEDDE – Direction de l’eau et de la biodiversité

Dans un second temps, plusieurs intervenants ont apporté des témoignages sur leurs observatoires et leurs différents stades de mise en œuvre.

Tout d’abord, l’observatoire de la biodiversité de Provence Alpes Côte d’Azur qui est un nouvel outil pour le territoire. Actuellement en phase de déploiement, cet observatoire est un outil partenarial en lien avec les principaux producteurs de données naturelles en PACA et en lien avec la plate forme de données naturelles de la DREAL PACA.

A ensuite été présenté un observatoire au cœur de l’action des Marais atlantiques : le Forum des Marais Atlantiques. Cet observatoire a la particularité de cibler ses actions sur la thématique zones humides.

Enfin, les activités de l’observatoire national de la biodiversité ont été évoquées qu’elles soient locales ou internationales.

  • Corinne Dragone, Chargée de projet « Observatoire régional de la biodiversité » – Agence régionale pour l’environnement et l’éco-développement de Provence-Alpes-Côte d’Azur (ARPE PACA)
  • Fabien Blanchet, Chargé de mission – Forum des marais atlantiques
  • Luc Mauchamp, Chef de projet « Observatoire national de la biodiversité (ONB) » – MEDDE – Direction de l’eau et de la biodiversité

Dans un dernier temps, deux expériences étrangères ont été présentées via les témoignages d’observatoires marocains. En 2009, une convention cadre pour la préservation de l’environnement a été signée entre le Ministère de l’environnement, le Ministère de l’intérieur et 16 régions du Maroc. Cette convention a autre-autres entraîné la création d’observatoires de biodiversité.

Les observatoires de la région de Tanger-Tétouan et de la région de Tadla-Azilal visent l’amélioration des connaissances sur le patrimoine naturelle et sur les effets de l’homme sur les ressources. Ces deux régions possèdent un patrimoine naturel remarquable avec la présence de sites d’intérêts biologiques et écologiques (SIBE), sites RAMSAR, réserve de la biosphère intercontinentale méditerranéenne (RBIM) reconnue par l’UNESCO, label Global Geopark de l’UNESCO…

  • Khalid R Temsamani, Directeur de l’Observatoire de l’environnement et du développement durable de la région de Tanger-Tétouan
  • Hicham El Yousfi, Chargé de mission de l’Observatoire de l’environnement et du développement durable de la région de Tadla-Azilal


Session 2

Cette seconde session a compté deux interventions. L’une sur l’état d’avancement du système d’information sur la nature et les paysages (SINP), démarche structurante pour l’accès aux données, pilotée par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie depuis 2005.

L’objectif du SINP est de favoriser la connaissance et partager l’information sur les paysages et la biodiversité. Des groupes de travail ont permis d’avancer sur ce projet. Au nombre de trois, l’un concernait les aspects juridiques, l’autre le standard des données et le troisième les données sensibles et la méthodologie associée.

La mise en œuvre de la phase test du SINP devait débuter en septembre 2014, celle-ci a légèrement été repoussée. Les régions volontaires testerons le SINP début 2015 et ce pour une durée de six mois. Un certain nombre de territoires régionaux possèdent déjà des outils localement. Se pose alors la question de l’utilité du SINP et de l’articulation avec les outils existants et fonctionnels. Le SINP pourra se substituer aux outils existants pour les régions le souhaitant, sans aucune obligation.

Une inquiétude de certains producteurs de données a été mise en avant lors du séminaire : les données détenues par l’autorité publique deviennent des données publiques. Les producteurs qui transmettront des données au SINP verront alors l’intégralité de ces données devenir publiques ? Quid des données sensibles ?

  • Capucine Crosnier, Adjointe au chef de bureau de la connaissance et de la stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) – MEDDE – Direction de l’eau et de la biodiversité

La seconde intervention de la session 2 a porté sur les actualités internationales, nationales et territoriales concernant les observatoires. Elle a débuté par un point sur la conférence internationale sur la biodiversité (COP 12). Cette 12ème conférence des parties signataires de la convention sur la diversité biologique s’est déroulée du 06 au 17 octobre 2014 à Pyeongchang en Corée du Sud. Les représentants des 193 pays signataires ont effectué un bilan a mi-parcours du plan stratégique 2011-2020 et un état des lieux de la biodiversité. Ils ont également abordés d’autres thématiques d’actualité telles que le virus Ebola, la mobilisation des ressources, les aires marines d’intérêt biologique…

Les actualités nationales concernant l’environnement ont ensuite été traitées avec des sujets tels que la stratégie nationale biodiversité et le projet de loi biodiversité.

  • Christian Le Coz, sous-directeur de la protection et de la valorisation des espèces et de leurs milieux – MEDDE- Direction de l’eau et de la biodiversité

Session 3

La session 3 du séminaire a porté sur les travaux du réseau des observatoires de la biodiversité avec une première intervention sur les besoins et les initiatives. Cette présentation a été essentiellement axée sur les indicateurs car de nombreuses confusions existent sur le sujet notamment entre indicateurs sociétiques et indicateurs politiques publiques. Les modalités de calcul des indicateurs ont ensuite été abordées avec les écueils à éviter : pondérations, effets de bordures, changement d’échelle…

  • Luc Mauchamp, Chef de projet « Observatoire national de la biodiversité (ONB) » – MEDDE – Direction de l’eau et de la biodiversité

Cette session 3 s’est poursuivie sous la forme d’ateliers stratégiques. Ces derniers ayant pour but la mise en regard des activités engagées ou envisagées par le réseau national des observatoires, avec les besoins potentiels d’accompagnement des acteurs des territoires. L’objectif étant de construire une liste resserrée de questions stratégiques, d’interpellations ou de propositions opérationnelles, à présenter durant la deuxième journée du séminaire aux décideurs des territoires, et à confronter à l’expression de leurs attentes.

Atelier n° 1 : Ce premier atelier a abordé la question de la nature des produits et services de connaissance ou d’accompagnement proposés par les observatoires.

  • Témoignage : Stéphanie Kaempf, Coordonnatrice de projet – Office des Données Naturalistes d’Alsace (ODONAT)
  • Animation : Maxime Kayadjanian – Responsable du pôle « Observatoire » – Natureparif
  • Rapportage : Sofiène Bouiffror, Responsable de l’unité « Politique de la Nature, des Sites et des Paysages » – DREAL Picardie

Atelier n° 2 : Ce deuxième atelier a porté sur les modalités de travail technique et scientifique en réseau.

  • Témoignage : Grégory Caze, Directeur scientifique – Conservatoire Botanique National Sud Atlantique (CBN SA)
  • Animation : Rose-Line Preud’Homme, Chargée de mission & référente scientifique de l’observatoire agricole de la biodiversité (OAB) – Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN)
  • Rapportage : François Siorat, Chef de projet de l’observatoire du patrimoine naturel – Bretagne environnement

Atelier n° 3 : Cet atelier concernait l’accès à un suivi cohérent de la biodiversité multi-échelle et l’enjeu de la restitution locale au travers d’une réflexion autour du Portrait de la biodiversité communale.

  • Témoignage n°1 : Valérie Moral, Chargée de mission « collectivités territoriales et biodiversité » – UICN France et Marianne Linarès, Chargée de projet « indicateurs biodiversité pour les collectivités territoriales » – UICN France
  • Témoignage n°2 : Vanessa Rauel, Chef de projets écologue Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement CEREMA – Direction territoriale Sud-Ouest
  • Animation : Christian Pérennou, Chef de projet – Tour du Valat
  • Rapportage : Pierre Zagatti, Directeur de recherche – INRA Versailles

Atelier n° 4 : Dans cet atelier, trois thématiques étaient visées, la transparence de la gouvernance et sa participation, la mobilisation et la pérennisation des moyens nécessaires et les partenariats.

  • Témoignage : Marie Barneix, Chef de projet – Observatoire Aquitain de la Faune Sauvage (OAFS)
  • Animation : Lou Dengreville, Responsable de la cellule – Observatoire de la biodiversité du Nord-Pas-de-Calais
  • Rapportage : Gilles Lecuir, Responsable du pôle « Forum des Acteurs » – Natureparif

Atelier n° 5 : Ce dernier atelier portait sur l’ouverture et la valorisation de l’accès libre aux données.

  • Témoignage : Grégoire Mages, Chargé de mission « Observatoire de l’open data » – Décider ensemble
  • Animation : Karine Moreno, Chef de projet – Observatoire de la biodiversité de Haute Normandie
  • Rapportage : Marion Brosseau – Chargée de mission – Observatoire régional de la biodiversité à l’Institut régional du développement durable

Suite au déroulement des cinq ateliers, la première journée du séminaire s’est poursuivie par une projection-débat sur le Marais Poitevin, son patrimoine naturel et son Observatoire. Une des particularités de ce dernier réside dans son étendue géographique. En effet, le territoire concerné par l’observatoire du Marais Poitevin s’étend sur deux régions (Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes) et trois départements (Vendée, Deux-Sèvres et Charentes-Maritime). Son rôle premier est de suivre les tendances d’évolution des habitats et des espèces de ce vaste territoire.

  • Dominique Giret, Directeur technique – Parc Naturel Régional du Marais poitevin
  • Alain Texier, Responsable de l’observatoire du patrimoine naturel du marais poitevin – Parc Naturel Régional du Marais poitevin

Session 4

Cette session a débuté la seconde journée du séminaire national des observatoires de biodiversité. Elle a porté sur le rôle des observatoires pour la gouvernance des territoires, les partenariats à tisser pour être utile aux différentes échelles.

La première intervention a fait état des enjeux de connaissance de la biodiversité dans les territoires. En effet, les chiffres de l’observatoire national de la biodiversité montrent toujours une réduction des populations, les espèces menacées sont de plus en plus nombreuses. Une mobilisation à toutes les échelles est donc nécessaire. Pour cela, la connaissance s’avère fondamentale en matière d’information sur les enjeux de biodiversité. Trois enjeux majeurs se distinguent : Comprendre ; Développer la gouvernance ; Communiquer, diffuser.

  • Denis Clément,Membre permanent du Conseil général de l’environnement et du développement durable – MEDDE-CGEDD, Président du comité national de l’ONB

S ‘en est suivie une tribune libre d’un grand témoin élu Geneviève Gaillard, Députée des Deux-Sèvres. L’avenir de la biodiversité se joue majoritairement au travers des politiques locaux et entraîne de nombreux débats entre les acteurs. Cette tribune a permis d’apporter un regard sur les mutations actuelles de l’organisation des politiques de biodiversité, les attentes et opportunités.

Suite à cette tribune, un rappel des conclusions de la veille a eu lieu. Ce rappel a permis de dresser le bilan des cinq ateliers techniques et stratégiques s’étant déroulés lors de la session 3. Les éléments débattus durant ces ateliers ont été repris et présentés sous la forme de questions destinées aux collectivités. Ces questions stratégiques, interpellations ou propositions opérationnelles vont alimenter la réflexion et le programme de travail du réseau national des observatoires de la biodiversité pour dessiner les pistes de travail en commun des années à venir.

Cette quatrième session s’est achevée par trois réflexions croisées sur l’intérêt d’un observatoire, trois regards, chacun portés par un élu et un animateur d’observatoire.

Regard n°1 : Le premier regard fut celui concernant l’Observatoire Régional de l’Environnement Poitou-Charentes : un observatoire lieu de la mise en réseau des acteurs.

  • Catherine Tromas, Présidente de l’Observatoire Régional de l’Environnement Poitou-Charentes
  • Laurence Marcillaud,Conseillère régionale de Poitou-Charentes, Vice-Présidente – commission biodiversité – eau – littoral, en charge de la biodiversité

Regard n°2 : Le second regard porta sur la mise en place d’observatoire sur mesure pour son territoire : l’observatoire départementale de la biodiversité urbaine et la Région Pays-de-la-Loire.

  • Gaëlle Stotzenbach,Chef du service des politiques environnementales et de la biodiversité en charge de l’observatoire départementale de la biodiversité urbaine (ODBU) – Conseil général de Seine-Saint-Denis
  • Sophie Bringuy, Conseillère régionale des Pays de la Loire, Vice Présidente – commission aménagement du territoire et environnement

Regard n°3 : Le dernier regard concerna l’articulation des observatoires aux différentes échelles et plus particulièrement les Centres permanents d’initiatives pour l’environnement.

  • Jean-Baptiste Bonnin, Administrateur de l’Union nationale des Centres permanents d’initiatives pour l’environnement (UNCPIE) Coordinateur du CPIE Marennes-Oléron

Session 5

Cette session a orienté les discussions sur les thématiques de Trames Vertes et Bleues et de Schémas Régionaux de Cohérence Écologique et le rôle des observatoires dans les politiques d’aménagement du territoire.

Pour débuter, un point sur les enjeux de connaissance et l’appropriation autour des Trames Vertes et Bleues et des Schémas Régionaux de Cohérence Écologique a eu lieu. Cette intervention a commencé par un bref rappel législatif et un état d’avancement des travaux d’élaboration et de validation des SRCE. Ont ensuite été présentés les différents travaux structurants et opérationnels de connaissance liés aux Trames Vertes et Bleues et Schémas Régionaux de Cohérence Écologique. Les travaux sur les indicateurs nationaux ont également été abordés ainsi que les enjeux de structuration dans la durée de la connaissance du suivi des Trames Vertes et Bleues et des Schémas Régionaux de Cohérence Écologique.

  • Romuald LORIDAN, Chargé de mission « Trame verte et bleue » – MEDDE – Direction de l’eau et de la biodiversité
  • Romain SORDELLO, Chef de projet « Trame verte et bleue » – MNHN

Cette intervention a laissé place au débat lors d’une table ronde portant sur les besoins des territoires pour le déploiement des TVB, les réponses des observatoires et les partenariats envisageables. la question centrale de cette table ronde fut la suivante :

Comment les observatoires de la biodiversité peuvent-ils aider à une meilleure prise en compte de la biodiversité sur les territoires, notamment à travers la bonne mise en œuvre de la Trame Verte et Bleue et des Schémas Régionaux de Cohérence Écologique ?


Session 6

Le troisième séminaire national des observatoires de biodiversité s’est achevé par cette sixième et dernière session. Elle porta sur l’engagement de la collaboration entre les observatoires et les décideurs des territoires. Ce thème a été abordé lors des discours de clôture par deux personnalités politiques :

  • Jean-Marc Michel, Directeur Général des Services du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie
  • Jean-François Macaire, Président de la Région Poitou-Charentes